Accueil du site > Destins de sous-marins > Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA (...)
SPIP
Site développé par marksnap
Squelette MiniGriSpip 1.4.2 .
  • Article

  Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

lundi 14 janvier 2013, par Christian LECALARD

 

Le 8 juillet 1944, disparaissait le sous-marin "LA PERLE", attaqué et coulé par méprise lors de son transit des Etat-unis vers la Grande-bretagne. Il n’y eu qu’un survivant.

Madame GRANGER-CARPENTIER, alors épouse de l’enseigne de vaisseau de 1ère classe CARPENTIER disparu sur le sous-marin "LA PERLE", adhérente de la section "RUBIS" vit son époux pour la dernière fois, lors de son appareillage de TOULON en septembre 1942 alors que le sous-marin "LA PERLE" selon les conditions d’armistice, relevait le sous-marin "DIAMANT" basé à DAKAR. Six mois après son départ, Madame GRANGER-CARPENTIER donnera naissance à un garçon le 9 janvier 1943 qui n’aura pas connu son père.

Activités du sous-marin "LA PERLE" :

Dernier d’une série de sous-marin mouilleur de mines dit série des "Pierres précieuses" (SAPHIR - 1930) - (TURQUOISE - 1930) - (NAUTILUS - 1931) - (RUBIS - 1933) - (DIAMANT - 1934). Le sous-marin est admis au service actif en 1937.

Après des mouillages défensifs de mines sur les côtes corses en 1940, il est placé en gardiennage d’armistice jusqu’à son départ en septembre 1942 vers DAKAR. Escale à CASABLANCA puis arrivée à DAKAR en novembre 1942, au sein de la 16ème DSM, en remplacement du sous-marin "DIAMANT".

Après le ralliement de l’AOF (Afrique occidentale française) en décembre 1942 les forces navales d’Afrique disposaient de quinze sous-marins dont "LA PERLE" non endivisionné.

Le 15 mars 1943, quatre sous-marins de 600 tonnes et "LA PERLE" ralliaient la Méditerranée et furent basés à ORAN.

Les missions en Méditerranée : 

En avril 1943, les sous-marins "L’ANTIOPE" - "LA SULTANE" - "L’ARETHUSE" et "LA PERLE" (LV PAUMIER) furent engagés pour des patrouilles de 8 à 10 jours dans les secteurs de CANNES à MARSEILLE, tout en continuant d’accomplir des missions spéciales. Les sous-marins "LA PERLE" et "L’ARETHUSE" transportèrent vivres, munitions et matériels à AJACCIO.

Les opérations tubes du sous-marin "LA PERLE" :

Ces opérations consistaient aux débarquements ou embarquements d’agents sur les côtes espagnoles et françaises. 

  • Le 3 juillet 1943 : Cap Camarat mission impossible,
  • Le 16 octobre 1943 : Barcelone - 1 agent débarqué - 4 agents embarqués,
  • Le 27 octobre 1943 : Cap camarat - 6 agents débarqués.

 Libération de la Corse :

Le 13 septembre 1943, le sous-marin "CASABIANCA" débarque à AJACCIO 109 hommes du bataillon de choc.

"LA PERLE" suivi le 15 septembre 1943 en soutien - débarquement de trois tonnes de farine - Le LV PAUMIER réussi à persuader le commandant du paquebot de la ligne TOULON-AJACCIO de faire route sur ALGER.

Le 18 septembre 1943, le sous-marin "ARETHUSE" débarque neuf tonnes de munitions à AJACCIO avant d’aller au Cap Camarat débarquer cinq officiers et en embarquer sept ainsi que le drapeau du deuxième régiment de dragons.

Modernisation aux Etats-unis : 

Appelé à remplacer le sous-marin mouilleur de mines "RUBIS" qui rallie ORAN le 23 juin 1944, le sous-marin "LA PERLE" transite vers PHILADELPHIE, pour une modernisation et modification du système de mouillage de mines similaire au sous-marin "RUBIS". A la grande surprise des américains aucun matériel n’est standard au sous-marin "RUBIS". L’indisponibilité du sous-marin "LA PERLE" se poursuit durant le 1er semestre 1944.

Le 11 mai 1944, sur le quai de l’arsenal de PHILADELPHIE, l’amiral FENARD procède à la remise de la croix de guerre au lieutenant de vaisseau PAUMIER commandant, au lieutenant de vaisseau FORTRAIT, officier en second, à l’enseigne de vaisseau CARPENTIER, à l’enseigne de vaisseau LONG, au premier maître FARGUES, aux quartiers-maîtres ASSELIN et LE GALL, aux matelots ALIX et DECAUX.

Le sous-marin "LA PERLE" est cité à l’ordre du corps d’armée pour avoir pris part aux opérations en méditerranée occidentale et avoir effectué plusieurs missions de guerre dans des circonstances difficiles. 

La dernière traversée : 

Le lieutenant de vaisseau TACHIN a remplacé le lieutenant de vaisseau PAUMIER au commandemant du sous-marin "LA PERLE", qui appareille le 26 juin 1944 pour rejoindre HOLY LOCH en écosse. Après une escale à Terre neuve, le sous-marin "LA PERLE" quitte SAINT JOHN’S le 3 juillet 1944.

Des messages détaillés de l’officier général de la marine à Terre-neuve, du commandant en chef de la zone occidentale d’approche à LIVERPOOL, de l’amirauté et du commandant en chef pour l’Atlantique de l’US NAVY signalèrent son départ, les divers points de son itinéraire et les restrictions draconiennes de bombardement imposées sur un axe de cinquante milles en avant et en arrière, et de vingt milles à tribord et babord de la position et route estimée du sous-marin. Des rapports quotidiens informaient tous les navires de la position route et vitesse du sous-marin.

 

 

En fin de matinée du 8 juillet 1944, à environ huit cents kilomètres au sud est du GROENLAND, un avion biplan SWORDFISH d’un navire marchand transformé en porte-avions d’escorte "L’EMPIRE MAC CALLUM" est en patrouille de routine en avant du convoi "ONM 243" comprenant 87 navires. Le pilote de l’avion le lieutenant François OTTERVEANGER de la marine royale néerlandaise, présuma que ce sous-marin navigant en surface route au nord-est, etait un U-BOOT, comme le fit l’officier supérieur du groupe d’escorte canadien "C5" sur le "NCSM DUNVER" qui ordonna de faire décoller les avions disponibles. Comme ce type d’avion était lent le pilote sur zone se tînt à bonne distance du sous-marin, attendant les renforts de six avions.

Soixante cinq minutes après le rapport de repérage, le commandant du groupe d’escorte STEPHEN lança subitement "les avions savent-ils que le sous-marin "LA PERLE" navigue peut-être dans ces parages ?".

L’officier de l’aéronautique en poste sur le porte-avions d’escorte n’était au courant de rien sur la position du sous-marin "LA PERLE" cependant, il tenta de prévenir les avions en leur envoyant une mise en garde un peu tardive :

"Portez attention aux signaux de reconnaissance au cas où il s’agirait d’un sous-marin allié, sinon, attaquez ! " .

Un seul avion entendit la communication et demanda en vain de répéter le message, au moment où le lieutenant OTTERVEANGER lançait ses attaques. Lorsqu’il aperçut une série de "L" transmise par le projecteur du sous-marin qui était l’identification correcte du jour. Il en conclut à une ruse et tira quatre paires de roquettes sur le sous-marin, suivi par les autres avions qui larguèrent deux charges de profondeur.

Le sous-marin "LA PERLE" a coulé dans les quatre minutes qui ont suivi l’attaque.

Lorsqu’un escorteur du convoi "ONM 243" arriva sur les lieux de l’attaque un seul homme, le maître CLOAREC fut retrouvé vivant sur les cinquante huit membres de l’équipage. Arrivé à bord de l’escorteur il fut tout d’abord pris pour un allemand.

Témoignages  : 

Aimablement communiqués par Marc-Bernard CASTEL de la section AGASM NARVAL (Lorient) :

1

 

R E P U B L I Q U E  F R A N C A I S E

MARINE NATIONALE

----------------------------

Officier de Liaison à Halifax

---------------------------

No. 968

Halifax, le 22 juillet 1944

 

Le Commissaire de 3è Cl. WILLIATTE-BATTET,

Officier de liaison à Halifax,

à

Monsieur le Vice-Amiral,

Chef de la Mission Navale Française aux Etats-Unis,

WASHINGTON.

 

Amiral,

J’ai l’honneur de vous rendre compte que le 14 juillet 1944 à 18 h 53, heure locale, la Corvette Canadienne H.M.C.S. "HESPELER" accostait au quai No. 4 du "Dockyard" d’Halifax. A son bord se trouvait le Premier-Maître mécanicien CLOAREC Emile, mle. 3313-25-2, seul rescapé du sous-marin Français "LA PERLE".

Avisé par les Autorités Navales Canadiennes du port, de l’arrivée de cet officier-marinier, je me suis rendu immédiatement sur le bâtiment qui le transportait. Là, j’ai fait venir l’intéressé au carré des Officiers et de 20 h 30 à 22 h 10 ai recueilli dans tous les détails ses déclarations.

Elles ont été relues attentivement et signées en ma présence par leur auteur. Cinq copies ont été faites pour la Marine Canadienne et remises au Acting Captain LAIDLOW, Chef Etat-Major de Monsieur le Contre-Amiral MURRAY, "Commander-in-Chief" Canadian North Atlantic".

Destinataire  :

Monsieur le Vice-Amiral,

Chef M.N.E.U.

Copie  :

F.N.L.O. Halifax

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

2

DECLARATION DU PREMIER-MAITRE MECANICIEN CLOAREC EMILE, MLE 3313-25-2, SUR LA PERTE DU SOUS-MARIN FRANCAIS "LA PERLE".

Nous avons quitté New London le 26 juin, escortés par le Destroyer Américain "COCKEREL" et fait route pour Saint-Jean de Terre-Neuve où nous sommes arrivés le 1er juillet vers 21 h 00. Le 3 juillet, à 21 h 00, nous avons appareillé de Saint-Jean de Terre-Neuve pour l’Angleterre, escortés jusqu’à une distance de 50 miles par H.M.C.S. "CHICOUTIMI". Nous avons ensuite navigué seuls, en surface, à une vitesse de 9 à 10 noeuds, en zigzagant. D’après mes souvenirs, nous avons gouverné au 92 jusqu’au 6 juillet, date à laquelle nous avons changé de route. Ce jour là, de 9 h à 11 h nous fîmes les premiers exercices de plongée depuis notre départ des Etats-UNis. Ceux-ci furent répétés de 8 h 30 à 10 h 20 le lendemain 7.

Le temps depuis le début de notre voyage avait été, dans l’ensemble, médiocre : brume épaisse ou très épaisse, visibilité mauvaise ou très mauvaise. Cependant, le 8 au matin, il faisait très clair avec un beau soleil. A midi, au moment du point observé, les quatre officiers et le B.N.L.O. se trouvaient sur la passerelle. l’Enseigne de Vaisseau de 1ère CL. CARPENTIER était de quart. Le pavillon National était à son poste de mer. Vers 12 h 30, j’entendis du poste des maîtres où je me tenais, qu’on faisait inscrire au brouillon du journal de navigation : "Aperçu un avion dans le (je n’ai pû retenir le gisement)". Quelques minutes ensuite, j’entendis qu’on faisait inscrire un deuxième avion. Une dizaine de minutes plus tard, je montais dans le kiosque pour fumer une cigarette. Avec moi se trouvaient le Q/M Fourrier et un Matelot dont je ne me rappelle pas le nom. Quatre à six minutes après avoir allumé une cigarette, j’entendis un avion piquer sur nous puis passer très près du bord, en même temps que retentissaient deux coups très secs, rappellant le bruit du départ d’un coup de 75, suivis presque immédiatement d’un troisième coup extrêmement violent qui ébranla tout le bâtiment. Aussitôt une gerbe de feu très claire et brillante sans aucune fumée, jaillit, venant par le panneau du poste central, avec la forme et la puissance d’un jet de lance à incendie qui aurait eu le diamètre du dit panneau, à savoir 700 millimètres. En un instant tout fut un feu autour de moi. Dès l’apparition de la gerbe de flammes, je m’étais collé avec mes deux camarades contre la cloison arrière du kiosque. J’étais heureusement tout habillé et avais mes gants. Survint un quatrième coup, à peu près semblable aux deux premiers. Je me ruai alors vers le panneau d’évacuation du kiosque, protégeant autant que possible ma figure dans mes mains.

Pendant que je me trouvais dans l’échelle, les yeux fixés sur le panneau supérieur, je vis de la fumée noire dans l’abri de navigation, provenant probablement de fusées de reconnaissance tirées du bord. Au moment où je

.../... 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

3

débouchais sur la passerelle, je vis dans le ciel au-dessus de nous, environ une douzaine d’avions biplans. J’entendis quelqu’un pas loin de moi crier, "On coule ! On coule !", puis quelqu’un d’autre au porte-voix prévenir le poste central, "Equipage sur le pont avec les bouées de sauvetage". Je regardais alors dans la direction de l’abri de navigation. J’y vis l’Officier en troisième, Enseigne de Vaisseau de 1ère Cl. LONG, dans la fumée, brûlé à la figure et saignant de la face ; il criait "La fusée ! La fusée !". Un peu en avant de lui se trouvait l’Officier en Second, Lieutenant de vaisseau FORTRAIT, lui aussi brûlé à la figure. Je remarquais que les fusées babord et tribord étaient parties ; leurs culots fumaient. Je sortis derrière Monsieur FORTRAIT et Monsieur LONG de l’abri de navigation et aperçus alors sur la passerelle à tribord le Commandant, Lieutenant de Vaisseau TACHIN, brûlé à la figure et regardant vers l’arrière. A ses côtés se trouvait le Second-Maître de Manoeuvre BOURCH. A ce moment je suis passé à babord. Mon intention était de dégager la planche de coupée et de m’en servir comme radeau. Le bâtiment s’enfonçait doucement par l’arrière. J’ai sauté sur le pont et me suis trouvé presque immédiatement recouvert par une lame. Je suis remonté sur la plateforme du canon de 20 mm. L’eau arrivait alors à l’arrière de la passerelle. La fumée s’était dissipée. Autour du canon, avec moi, se trouvaient quelques marins : le Q/M Canonnier GOGLY, qui tenait une bouée couronne à la main, le Q/M VANGAVEREN, le Matelot mécanicien DESIAGE, qui se plaignait qu’il ne savait pas nager et le Maître mécanicien JAMES. (DESIAGE et JAMES étaient de quart aux diésels au moment de l’accident). Une lame est arrivée par tribord coupant la parole à DESIAGE et submergeant tout le monde. Je suis parti à 4 ou 5 mètres sous l’eau. Quand je suis revenu à la surface, seule la partie avant du sous-marin sortait de l’eau d’une quinzaine de mètres avec une pointe positive de 70 à 80 degrés. Quelques secondes plus tard, il coulait ! il était environ 13 h 00. Entre la première explosion et la disparition du bâtiment, il s’est écoulé au maximum une minute et demie.

Les survivants à l’eau se trouvaient en deux groupes : un groupe de quatre, comprenant le Commandant qui râlait sur le dos à environ 10 mètres de moi, soutenu par sa bouée et quelques petits bouts de lattes de pont sous chaque aisselle, le Second-Maître de manoeuvre BOURCH, le Q/M mécanicien CAPITAINE et moi-même, et à peu près 50 mètres de distance un second où se trouvaient l’Officier en Second qui nageait et autour de lui une douzaine d’hommes.

Quatre avions passent à raser l’eau auprès de nous, puis s’éloignent et disparaissent à l’horizon. Le Q/M CAPITAINE me crie de ne pas l’abandonner, puis au même instant disparait. Je lance quelques bouts de latte au Second-Maître BOURCH qui, un quart d’heure plus tard, se trouve en difficulté. Je le vois qui dégage de plus en plus difficilement sa tête de l’eau, puis coule. Pas très loin de moi, le Commandant râle, toujours sur le dos. A peu près une demie heure plus tard, je ne l’entends plus. Je l’aperçois bientôt sur le ventre, les bras ballants et la tête complètement dans l’eau. Du groupe le plus éloigné viennent des cris qui meurent les uns après les autres. Je me trouve maintenant seul, suivi par le cadavre du Commandant

.../...

----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

qui continue de flotter à quelques distances. A 15 h 50, je suis enfin recueilli, presque inanimé, par une baleinière du H.M.C.S. "HESPELER" . On me transporte à l’infirmerie du bord où un infirmier Canadien Français et l’Officier ASDIC examinent mon bracelet d’identité, me posent quelques questions et découvrent finalement que je suis Français. A partir de ce moment, j’ai été traité extrêmement bien. On m’a donné des vêtements et soigné avec beaucoup d’attention.

La somme de 112 dollars, produit d’une collecte faite pour moi auprès des Officiers et des hommes du bâtiment, m’a été remise officiellement par le Commandant en présence de tout l’équipage.

Fait à Halifax le 14 juillet 1944 à bord de la Corvette Canadienne H.M.C.S. "HESPELER", en présence de Monsieur le Commissaire de 3ème classe de réserve de la Marine WILLIATTE-BATTET, Officier de liaison naval Français à Halifax, pour valoir ce que doit. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

L.C. 

 

Alger, le 21 SEP 1944 

 MINISTERE DE LA DEFENSE

 -----------------------------------------

 DIRECTION DU PERSONNEL

 Bureau des Etudes et Questions Générales 

 ------------------------------------------------------------

 N° 490 B.M.O

 --------------------

 

 

 

 

  N O T E 

 pour Monsieur le Capitaine de Corvette

  Chargé du Service Central de l’Etat Civil

 à Casablanca

 - :-

 

 

  O B J E T : Disparus du sous-marin PERLE"

 P. JOINTE : 1 liste de personnel

 - : -

 

 

 

1.- Je vous adresse ci-joint, à l’effet de prévenir les familles, la liste complète des membres de l’Etat-Major et de l’équipage du Sous-marin "PERLE", coulé en Atlantique le 8 juillet 1944.

2.- Tout le personnel doit être considéré comme disparu à l’exception du Premier-Maître mécanicien CLOAREC, seul survivant.

 

 

 

 Pour le Ministre de la Marine et par son ordre

 Le Capitaine de Frégate DUPIN DE St CYR

 Directeur du Personnel p.i.

 Signé : DUPIN DE St CYR 

 

 

 

DESTINATAIRE :

Service Central de l’Etat Civil

COPIES :

CAP/O - EMG/O

P.M. (3)

Archives

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Membres de l’équipage de "LA PERLE" tués lors de l’attaque du 8 juillet 1944

 

Etat Major

Commandant : LV Marcel TACHIN

EV1 Roger CARPENTIER - EV1 Albert LONG - LV Gilbert FORTRAIT - LV Ew ZAPPERT (Officier de liaison britannique) - 

Premier maître

Yves BLOCH -

Maîtres

Victor JAMES - Louis BEAULIEU - Jean COLLOBERT - Lucien VIDAL -

Seconds maîtres

Yves BOURCH - Paul FORNINI - Jean LE BRAS - Raymond LE GARREC - Alfred FISCHER - Jean NOEL - Lucien PETITCLERC -

Quartiers maîtres

Jean ARVOR - Robert BAILLAVOINE - Roland CLOSSON - Marc CORDIER - Jean DESIAGE - Alfred FARDEL - Marcel GOURBEILLE - Jean GUENEUGUES - Gilbert HARTZ - Elie PECH - Albert VANGAEVEREN - Paul ARCHIMBAUD - Fernand ASSELIN - Jean-Marie BOSSARD - Jean CAPITAINE - Eugène DARTOIS - Albert DECAUX - Emile GOGLY - Maurice HELIES - Louis JULLIARD - Jean LE GALL - Louis LE ROUX - Pierre MAZERON - André PELAY -

Matelots

René ALIX - Jean AUBRY - Jérôme BELLET - Jean DAVOINE - Jean GILLIOT - Marius MICHEL - Georges MUSSET - Martin PERFETTINI - Lucien RAVIER - Camille AUCLAIR - Jean BELOEIL - Julien CHARDENET - Maurice DUBOIS - Joseph GRAVEL - Marcel HAREL -

Liaison

G. MITCHELL (télégraphiste britannique) -

Témoignages : 

Monsieur Pascal Guéneuguès, neveu du quartier maître électricien Jean Guéneuguès nous a fait parvenir deux photos prises peu de temps avant le départ du sous marin "LA PERLE" vers les Etats-Unis. 

Jean Guéneuguès (à gauche) avec ses deux frères eux aussi marins.

 

Le sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" peu de temps avant les hostilités (Photo Pascal Guéneugès

Philadelphie le 11 mai 1944 - Remise de la croix de guerre aux membres de l’équipage du sous-marin "La Perle".

Louis BEAULIEU maître électricien (6ème en partant de la gauche) en fait partie.

 Croix de guerre 

 Maître électricien Louis BEAULIEU

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L.R. ALGER, le 18 novembre 1943

MARINE NATIONALE

----------------------------

ETAT-MAJOR GENERAL

-------------------------------

No 295 E.M.G/3

Le Contre-Amiral LEMONNIER

Chef d’Etat-Major Général de la Marine

CITE A L’ORDRE DU CORPS D’ARMEE

- Le sous-marin "LA PERLE"

"Sous le Commandement du Lieutenant de Vaisseau PAUMIER (J.L.E.) a vaillament pris part aux opérations en MEDITERRANEE OCCIDENTALE, et effectue plusieurs missions de guerre dans des circonstances difficiles".

Cette citation comporte pour le Lieutenant de Vaisseau PAUMIER (J.L.E.) l’attribution de la Croix de guerre avec Etoile de vermeil.

 

Signé : LEMONNIER

P.C.C. Le Lieutenant de Vaisseau PAUMIER

Commandant le sous-marin "LA PERLE" 

DESTINATAIRES :

"LA PERLE"

MARINE ORAN

 

C O P I E S :

G.S.M.A.

E.M.G/P.M. (3)

E.M.G/3 (2)

Archives.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 14 mars 1944 

MARINE NATIONALE

----------------------------

GROUPE DES SOUS-MARINS

A PHILADELPHIE

----------------------------------

Sous-marin "PERLE"

-----------------------------

N° 95

Le Lieutenant de Vaisseau PAUMIER

Commandant le sous-marin "PERLE"

à

Monsieur le Vice - Amiral

Chef de la Mission Navale Française aux Etats-Unis

----------------------------------------------------------------------

O B J E T  : Demande de récompenses.

REFERENCES  : (Témoignages officiels de satisfaction N° 173 EMG/3 du 9/10/43.

 et 

P. JOINTES : (Citation à l’ordre du Corps d’Armée n° 295 EMG/3 du 18/11/43.

PIECE ANNEXE : Etat de citation.

 ---------------------------------------------------------

 

Amiral,

J’ai l’honneur de vous rendre compte qu’une demande de récompenses établie avant mon départ de Gibraltar le 23 novembre 1943 est restée jusqu’à présent sans réponse.

1°) - Dans le but de rédiger les citations de mon équipage aussi correctement que possible et de diminuer les délais de correspondance, j’avais adressé un projet de mes propositions au Lieutenant de Vaisseau MILLE du 3ème Bureau de l’Etat-Major Général. Je m’étais inspiré des directives reçues à ALGER avant mon départ pour les Etats-Unis. 

Le court séjour du Lieutenant de Vaisseau MILLE à l’Etat-Major Général, sa disparition à bord du sous-marin "PROTEE" sont vraisemblablement causes du retard apporté au règlement de cette affaire.

Dans les circonstances actuelles j’estime nécessaire de reprendre cette question

.../...

DESTINATAIRE :

M.N.E.U. (2)

C O P I E :

Archives.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 2°) - La "PERLE" a effectué au cours du deuxième semestre 1943 - quatre opérations en Méditerranée Occidentale qui lui ont valu un témoignage de satisfaction le 9 octobre 1943 et une citation du Corps d’Armée le 18 novembre 1943.

3°) - Je serais désireux de voir récompenser le personnel dont la liste est jointe en annexe.

Les sept premières citations sont décernées aux personnes qui ont pris la part la plus active à l’opération de la fin octobre 1943.

Les six autres récompenseraient un personnel dont le zèle, le courage et la compétence ont contribué aux succès des différentes missions.

4°) - Je me permets d’insister sur l’urgence de cette question qui, si elle est résolue rapidement, favoriserait le personnel lors du prochain Conseil d’avancement.

L’attribution de ces croix de guerre contribuerait à maintenir élevé le moral de l’équipage, sanctionnerait d’une manière tangible la réussite de missions qui, au dire du service de Renseignements de l’Etat-Major de l’Armée devaient avoir une influence non négligeable sur la conduite des opérations actuellement en cours.

Jean PAUMIEZ

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 F.A. ALGER, le 25 mars 1944

COMMISSARIAT A LA MARINE

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

ETAT-MAJOR GENERAL

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Bureau "Opérations"

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

N° 247 E.M.G./3

 

 

Le Contre-Amiral LEMONNIER

Chef d’Etat-Major Général de la Marine

agissant par délégation du Général d’Armée

Commandant en Chef

 C I T E

-=-=-=-=-

A L’ORDRE DU CORPS D’ARMEE

Le Lieutenant de Vaisseau FORTRAIT (S) du sous-marin "PERLE"

"Officier d’élite - A participé à plusieurs opérations périlleuses au voisinage de côtes occupées par l’ennemi et contribué pour une grande part à leur réussite par ses belles qualités de courage et de sang-froid".

L’Enseigne de Vaisseau de 1ère classe CARPENTIER (R) du sous-marin "PERLE"

"Officier d’élite, animé de la plus grande énergie et d’un magnifique sang-froid - A participé à plusieurs missions périlleuses au voisinage de côtes occupées par l’ennemi".

Le Premier-maître de Manoeuvre FARGUES, matricule 3051-T-28 du sous-marin "PERLE"

"Volontaire pour toute mission dangereuse, animé du plus grand sang-froid et d’une magnifique énergie - A Participé à plusieurs opérations périlleuses exécutées sur des côtes occupées par l’ennemi et contribué pour une grande part à leur réussite".

A L’ORDRE DE LA DIVISION

Le Quartier-Maître de Manoeuvre ASSELIN, Fernand, matricule 3354-T-36

Le Matelot Torpilleur ALIX, René, Matricule 1185-T-39

Le Quartier-Maître Timonier LE GALL, Jean,Matricule 1415-B-40

Le Matelot Mécanicien DECAUX, Albert, Matricule 1611-T-41

du sous-marin "PERLE"

"Animés de la plus grande énergie et d’un magnifique courage, ont participé activement à deux opérations périlleuses au voisinage d’une côte occupée par l’ennemi".

------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

A L’ORDRE DU BATIMENT

L’ Enseigne de Vaisseau de 1ère classe LONG, du sous-marin "PERLE"

"Officier d’élite, animé de belles qualités de courage et de sang-froid. A participé activement à plusieurs opérations périlleuses au voisinage d’une côte occupée par l’ennemi".

Le Premier-Maître mécanicien CLOAREC, du sous-marin "PERLE"

Le Maître électricien BEAULIEU, Louis du sous-marin "PERLE"

Le Maître mécanicien COLLOBERT, Jean, du sous-marin "PERLE"

"Officiers-Mariniers remarquables d’ardeur et de sang-froid, ont participé activement à quatre missions périlleuses".

Le Quartier-Maître mécanicien GARREC, Raymond, matricule 1537-B-33

Le Quartier-Maître radio BERNARD, Francis, matricule 2934-B-36

"Ont participé avec courage et sang froid à plusieurs opérations périlleuses effectuées au voisinage de côtes occupées par l’ennemi".

 

 

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

DESTINATAIRE : M.N.E.U. (2)

C O P I E S  : Base des sous-marins d’ORAN - E.M.G./Cab -

 E.M.G./P.M.1 (3) - E.M.G./P.M.2 (3) - E.M.G./3 (3) -

 E.M.G./inf. - Archives -

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

PARIS, le 8 octobre 1945

 

Le Lieutenant de Vaisseau PAUMIER

Ancien Commandant du sous-marin "PERLE"

------------------------------------

 

O B J E T  : Demande de récompense pour un officier embarqué en corvée sur le sous- marin "PERLE", et de deux anciens Officiers-Mariniers de la "PERLE". 

------------------------

 

Amiral,

1.- J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur le cas de l’Enseigne de Vaisseau de 1ère classe CHAPERON (G.) et des seconds-maîtres AMIGUES et BELLEGO que j’ai eu sous mes ordres à bord du sous-marin "PERLE".

2.- L’Enseigne de vaisseau CHAPERON faisait partie de l’Etat-Major du sous-marin "ANTIOPE" et fit à bord de ce bâtiment deux croisières, l’une près de la côte italienne, l’autre dans le canal CORSE-ILE D’ELBE, au cours de laquelle le bâtiment fut violemment grenadé. L’"ANTIOPE" étant indisponible à la suite de ce grenadage, l’Enseigne de Vaisseau CHAPERON fut volontaire pour effectuer trois opérations, une patrouille à bord du "CURIE" près de Toulon, deux missions spéciales à bord de la "PERLE", dont l’une particulièrement délicate aux environs du Cap CAMARAT.

Aucune récompense n’a sanctionné ces différentes opérations.

Aussi, ai-je l’honneur de vous demander l’attribution à l’Enseigne de Vaisseau CHAPERON, d’une citation à l’ordre de la Division, dont le texte pourrait être le suivant :

.../...

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------- 

"Officier en troisième du sous-marin "ANTIOPE". A effectué en avril 1943 et juillet 1943, deux opérations à proximité immédiate des côtes d’ITALIE et de CORSE et a fait preuve de belles qualités d’initiative et de sang froid au cours d’un violent grenadage.

Volontaire pour toutes opérations, a effectué une patrouille à bord du sous-marin "CURIE" le long des côtes de PROVENCE puis à concouru pour une grande part à la réussite de deux missions spéciales du sous-marin "PERLE" dont l’une particulièrement délicate, sur une côte très surveillée par l’ennemi".

3.- A la suite de trois missions spéciales et du débarquement d’ AJACCIO, le sous-marin "PERLE" a été cité à l’Ordre de Corps d’Amée. Un contingent de 13 croix de Guerre a été accordé au bâtiment. Après la méprise où la "PERLE" devait disparaitre tout l’équipage a été cité à titre posthume.

Seuls, quelques hommes débarqués au cours du carénage à PHILADELPHIE n’ont eu aucune citation. Deux d’entre eux ont rendu particulièrement de grands services au cours des différentes missions. Ce sont : le second-maître électricien AMIGUES et le second-maître torpilleur BELLEGO. Une citation à l’ordre du régiment, récompenserait le travail incessant que ces hommes ont fourni pendant vingt deux mois à bord de la "PERLE".

Le texte pourrait être le suivant :

"A fait preuve de courage et de sang-froid au cours de plusieurs opérations périlleuses effectuées par le sous-marin "PERLE" en juillet et octobre 1943, sur une côte très surveillée par l’ennemi".

 

 J. PAUMIER

------------------------------------------------------------------------------------ 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre à cet article


  • Messages publiés : 7 (triés par date)
  •   1 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    10 novembre 2014 14:30, par Christiane Marais

    Merci à ceux qui ont mis en ligne ces archives que nous découvrons seulement maintenant avec émotion. Marcel BELLEGO était mon beau-Père. après ces évènements il fût envoyé au centre de la Marine Nationale à PONT-REAN 35 ou habitent maintenant son petit-Fils Yvan et son arrière petit Fils Martin.

    Répondre à ce message

  •   2 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    6 mars 2011 18:20, par eliane peltier

    J’ai répondu le 3/02/2011 à un message posté par jacques neplaz en nv. 2010. Peut-être n’a t-il pas lu ma réponse. Est-ce que quelqu’un le connait et pourrait lui faire part de mon message ?Mon nom :Eliane Peltier, mon email : eliane.peltier@sfr.fr D’avance merci.( concerne Pierre neplaz ingénieur sous-marinier originaire de thonon les bains)

    Répondre à ce message

  •   3 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    3 février 2011 18:39, par eliane peltier

    A l’attention de jacques Neplaz. Mon message n’a peut-être aucun intérêt, mais j’ai entendu dire par mes parents qu’un certain pierrot Neplaz, ingénieur,originaire de Thonon-les-bains et que mes parents avaient caché à Marseille pendant la guerre, était parvenu à faire sortir du port un sous-marin " à la barbe des allemands ". Pourrait-il s’agir de votre père ? Cordialement

    Répondre à ce message

  •   4 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    27 décembre 2010 18:58, par Christian LECALARD

    Bonsoir Madame, Nous publierons votre photo avec plaisir. Vous pouvez me faire parvenir le scan à l’adresse courriel suivante : christian.lecalard@wanadoo.fr

    Cordialement

    Répondre à ce message

  •   5 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    27 décembre 2010 16:52, par BUDA Marie-Thérèse

    Bonjour, Mon grand-père Louis BEAULIEU était à bord du sous-marin la Perle lors de la dernière traversée du 8 juillet 1944.Je dispose notamment d’une photo prise à Philadelphie lors de la remise de croix de guerre (probablement le 11 mai 1944). Mon grand-père se trouve sur cette photo avec 12 autres militaires. Ma mère, Mme Françoise BEAULIEU ainsi que moi-même aimerions bien que cette photo soit publiée sur votre site. Je vous laisse le soin de me contacter. Avec tous mes remerciements. Marie-Thérèse BUDA

    Répondre à ce message

  •   6 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE"

    2 novembre 2010 21:52, par Jacques NEPLAZ

    je viens d’heriter a la mort de mon pere Pierre NEPLAZ de courriers relatant la marine et sa presence sur l’archimede en 42-43 mais il refusait de parler de cela j’aurais aime pour la memoire de ceux qui ont combattus rechercher leur histoire merci de m’aider jacques NEPLAZ

    Répondre à ce message

  • Messages publiés : 10 (triés par date) 1 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 19 janvier 2010 21:37, par eric tanguy

    Bonsoir

    Je m’appelle Eric Tanguy.

    Je suis heureux et surtout très ému d’avoir par hasard trouvé ce site consacré entre autres, au sous-marin "La Perle" disparu de façon tragique en mer le 8 juillet 1944 durant la seconde guerre mondiale.

    Le quartier maître MAURICE HELIES était le frère de ma grand mère. Souvent je l’ai entendue parler de lui mais sans réellement comprendre ce qu’avait était cette tragédie. Le savait-elle, elle même ?

    Elle en parlait souvent les larmes aux yeux et parfois je l’accompagnais sur la tombe où, à défaut de corps, était posée la photo de Maurice (Son lieu de repos virtuel se situe à Saint Pabu, petite commune du Nord Finistère)

    J’ai la sensation de faire mon deuil qu’inconsciemment je n’avais pas accompli même si je ne l’ai connu qu’à travers la mémoire de notre famille.

    Dans un souci de devoir de mémoire, je souhaiterais pouvoir accéder si cela est possible aux photos du sous-marin "La Perle" et de son équipage ou encore aux différents témoignages, textes ou courriers éventuels parus avant cette tragédie.

    Je vous remercie du fond du coeur.

    Eric Tanguy

    Répondre à ce message 2 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 15 octobre 2008 22:14, par claudine

    bonsoir monsieur je suis la petite cousine d’Albert Long disparu dans "la Perle"et je recherche des informations le concernant.Pouvez vous m’aider ? merci mille fois.clau83clau@hotmail.fr Répondre à ce message 3 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 14 octobre 2008 23:24, par claudine

    bonsoir je cherche des temoignages sur mo petit cousin EV1 LONG Albert (photos,...) que sont devenus les corps , ma famille me disait qu’il etait disparu... merci Claudine(0618886904) Répondre à ce message 4 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 14 octobre 2008 22:47

    Adolescente dans les annees80 j’ai dormi trois annees dans la chambre d’ALBERT LONG restee intacte,logee gracieusement par sa soeur, ma petite cousine,dans la maison familiale a nice...personne ne m’avait informee... Ce soir grace avous tous je connais la verite et j’ai retrouve mon ancetre disparu.Merci atous, Claudine Toulon. Répondre à ce message 5 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 23 juin 2008 13:55

    Bonjour,

    Mon père, Vincent L’HÉNORET (engagé volontaire à Lorient en 1938, fusilier-marin) et CLOAREC étaient ensemble sur l’IMPETUEUSE du 13.09.1941 au 01.03.1942.

    Du 01.03.1942 au 23.09.1943, mon père était sur l’ARCHIMEDE et aurait aimé et dû suivre le CDT TACHIN, qui était second de l’ARCHIMEDE, et rejoindre LA PERLE.

    Un concours de circonstances :

    sa promotion au grade se second-maître fusilier le 01.07.1943, sans être passé par le grade de quartier maître de 1re classe, et considérant qu’il n’y pas de poste de second maître fusilier à bord du sous-marin, et le fait que le second maître fusilier à bord du GEORGES LEYGUES ait été cassé pour raisons disciplinaires et débarqué,

    a fait que mon pére a rejoint le GEORGES LEYGUES le 23.09.1943 jusqu’au 01.10.1946.

    Mon père dément le fait que CLOAREC ait terminé sa vie dans un asile.

    En 1945, celui-ci a rendu visite à mon père à bord du GEORGES LEYGUES en Afrique du Nord.

    CLOAREC a fait carrière dans le secteur civil.

    Mon père lui rendait visite à son domicile à BREST ; la dernière datant du 05.09.1992.

    CLOAREC est décédé à BREST un 27 novembre à l’âge de 88 ans.

    Cet entretien, provoqué par les pages du Net à propos de LA PERLE comme des listes d’embarquements ou autres, a conduit mon père à se remémorer énormément de souvenirs vécus, heureux et malheureux. Que de souvenirs en mémoire de cette période de guerre !! Etonnant !!!

    Répondre à ce message 6 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 1er juin 2008 14:00, par Lionel Fornini

    Je viens de prendre connaissance de votre massage et vous en remercie. Je serai beaucoup plus disponible pour échanger nos informations à compter du 10 juin pour des raisons professionnelles. amicalement. Répondre à ce message 7 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 12 avril 2008 16:16, par Christian LECALARD

    Bonjour à tous,

    Nous avons retrouvé un document qui traite de la commission d’enquête qui avait eu lieu après la tragique méprise de l’aéronavale.

    Voici le lien : recherche google taper = revue militaire canadienne.

    En page d’accueil sélectionner : volume 2 - n° 3 - automne 2001. Titre : Tirs amis lors de la bataille de l’atlantique "coulez moi ce salaud".

    C’est un document très complet sur les témoignages des différents acteurs impliqués dans la perte du sous-marin "LA PERLE".

    Je vais mettre en ligne quelques photos inédites.

    Répondre à ce message 8 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 12 avril 2008 14:12, par engelhardt gilbert

    A MONSIEUR Lionel Fornini Cher Monsieur, Je vous donne mon numéro de téléphone 02 40 71 79 43 06 60 21 36 61 Je pourrai vous adresser un extrait d’un livre qui décrit très bien le malheur du triste naufrage du sous-marin LA PERLE ; ces pages m’avaient été données par un ancien pilote de l’AERO NAVALE de Lorient. Je les ai d’ailleurs communiquées à Monsieur Christian LECALARD. Les ayant relues, j’ai pu constater que le nom de votre grand père qui faisait partie de l’équipage n’avait pas été spécialement cité. Seuls quelques noms sont cités, notamment CLOAREC TACHIN et FORTRAIT. En tout état de cause ce document ourra vous décrire avec précision le sacrifice de nos héros. Amicalement. Votre lettre est très émouvante. Répondre à ce message 9 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 26 mars 2008 16:57, par lionel fornini

    Bonjour, je suis le petit-fils du second maître Paul Fornini. Tout comme pour vous, ce drame marqua ma famille jusqu’à ce jour. Dans l’histoire de notre famille, tous les hommes Fornini du plus vieux au plus jeune (quelques mois) moururent dans cette période et mon grand-père fut le dernier de sa lignée lors de ce terrible drame. Sa mère se laissa mourir de chagrin après avoir esperer son dernier fils. Chose étonnante, ma mère eut un grave accident de voiture le 8 juillet 1972 qui la laissa paraplégique. Elle est décédée le 24 octobre 2002 des suites compliquées de son handicap. Mon grand-père fut officiellement déclaré mort le 24 octobre 1946.je vous laisse mon mail afin d’obtenir plus d’informations et vous remercie par avance. Je suis heureux d’avoir lu tous ces articles et je voudrais remercier la personne qui a initié ce site. mille fois merci pour les miens. lionel Fornini bledstarz@yahoo.fr Répondre à ce message 10 - Activités et disparition du sous-marin mouilleur de mines "LA PERLE" 16 février 2008 08:04, par Christian LECALARD

    Je suis le neveu du lieutenant de vaisseau Gilbert FORTRAIT, officier en second sur la "PERLE", le 8 juillet 1944. Mon oncle avait été affecté auparavant sur le "CASABIANCA". La tragique méprise du bombardement par les avions alliés a été un des drames marquant ma famille. J’ai l’honneur de porter le prénom de cet oncle que je n’ai jamais connu mais que je vénère comme tous les héros de la guerre. Ma grand mère était déjà veuve de la première guerre. J’ai de la documentation susceptible de vous intéresser.

    Gilbert ENGELHARDT

    Répondre à ce message